lundi 2 janvier 2017

Bowtech Carbon Icon ou comment offrir une digne descendance à un chevalier? Episode 4

  Et maintenant, on va attaquer les choses sérieuses et parler de la bête elle-même.

  Le Carbon Icon existe en trois puissance: 50, 60 et 70 livres. Pour éclaircir les choses quand on dit d'un arc que c'est un 70lbs, il faut lire qu'il est réglable de 60 à 70 livres au maximum. Le mien est un 70 livres. Il faut vraiment prendre un arc que l'on peut maîtriser à son réglage de puissance minimale pour commencer et ne pas oublier qu'au bout de quelques semaines de tir avec un arc, notre musculature et tout ce qui va avec évoluent. Ou alors prendre un arc un peu top puissant et se mettre à la muscu... Plus on tire, plus on se muscle et mieux on maitrise son arc.
  Par contre il ne faut pas tomber dans un piège dangereux: ne jamais prendre un arc qu'on peut à peine armer, on risque des blessures graves et en plus on est dangereux. Vos muscles et vos tendons risquent de souffrir, vous risquez de vous blesser et de vous tenir loin des pas de tir pendant un bon moment.
  Donc le résumé, choisir un arc que vous pouvez armer à sa puissance minimale et dont vous pourrez faire évoluer la puissance avec le temps.

  Je ne reviendrai que très rapidement sur les deux options de livraison proposée par Bowtech. Soit on prend un arc nu, soit on le prend en kit R.A.K. Ce kit a l'avantage de vous offrir un arc prêt à tirer, si on fait abstraction des flèches et d'un décocheur, en même temps on peut aussi tirer aux doigts sur un compound (il y en a même dont c'est la spécialité).

  La première impression est excellente. on sort l'arc de sa boite et on se demande si on a un arc dans les mains. Bon je vous rassure, on est pas sur un Damon Howatt Mamba, mais 3.2lbs (1,45KGs) c'est vraiment léger pour un compound. La faute à la poignée en carbone. Celle héritée du Carbon Knight.
  Pour la petite explication, je tire depuis une vingtaine d'années. J'ai tiré en "classique" pendant de nombreuses années mais c'est une pratique que j'ai abandonné: ça avait un côté trop strict pour moi et trop encombrant aussi (les stabs de 3 mètres de long...). Je ne voulais plus de tout ça, je voulais un arc compact et léger.
  
  On monte les accessoires et on fait quelques réglages (le test papier entre autres), direction le pas de tir. Premiers essais.

  Les technologies mises en oeuvre. D'abord la poignée en carbone, ce que Bowtech appelle le Knight riser. Les deux avantages indéniables sont la légèreté et la solidité. Un arc nu qui pèse 1,45Kgs, ça fait du bien au bras d'arc, et ça compte vraiment quand on voit tout le poids qu'on rajoute sur son arc après: viseur, craquois, repose-flèche, flèches, stab... Dans mon cas on arrive à un total qui flirte avec les 2,7Kgs...

    Ensuite, le Powershift. C'est le nom commercial d'une techno qui permet de jouer sur le cycle d'armement de l'arc: soit on choisit un cycle souple et la vitesse de flèche s'en ressent, soit on choisit un armement plus dur et les flèches accélèrent. C'est très simple en terme d'utilisation, on dévisse les modules et on choisit de les mettre dans un sens ou un autre selon ce qu'on veut privilégier entre les couples dureté/vitesse ou souplesse/souplesse. C'est vraiment efficace: j'ai passé quelques séances en position souple avant de me dire que je voulais vraiment voir mes flèches décoller et quand j'ai repris mon arc après avoir modifié le réglage des modules, j'ai clairement senti le passage du pic et après j'ai vu mes flèches fuser.

  Le Binary Cam, est ce qu'il faut encore en parler? C'est LA marque de fabrique Bowtech. Deux cams à 3 étages parfaitement symétriques reliés entre elles par les câbles. Résultat même si un côté s'allonge un peu, le trajet du point d'encoche n'est pas affecté par une désynchronisation. A condition bien sûr d'avoir modifié la hauteur du point d'encoche; c'est plus simple de repositionner un point d'encoche avec une pince et un peu de cordon à d-loop que de se trimbaler une presse pour donner des tours et de faire des essais entre chaque tour... Ce n'est bien sûr pas aussi parfait qu'un vrai réglage en atelier et sur pas de tir mais ça peut dépanner.

  Le rotating module; ou encore ce qui vous permet de régler votre arc à votre allonge en dévissant juste vos modules, en les faisant glisser sur le bon repère puis en les revissant. Pratique simple et efficaces. L'argument de vente, c'est que vous n'avez pas besoin d'acheter d'autres modules, pour moi le meilleur argument, c'est la revente: du moment que l'archer soit de la même latéralité que vous, toutes les chances sont de votre côté que son allonge corresponde (entre 26,5" et 30,5").

  Voilà ce qu'il fallait dire sur les technos mises en oeuvre.

  Maintenant des pensées plus personnelles. C'est un arc super confortable à mon avis. La poignée est fine, ce qui est un avantage pour moi, je n'ai pas des mains de géant et avoir une gros truc sur lequel je n'arrive pas à me positionner ne me ravit pas. Elle est légère, ce qui permet d'y rajouter tous ses équipements sans se retrouver avec un arc lourd. Je sais que pour beaucoup un poids important et un entraxe long sont des gages de stabilité sur le pas de tir. Mais là on est définitivement plus dans le territoire de la cible, on est sur le territoire du tir sur cible 3D et de la chasse. Alors un entraxe court et un poids limité deviennent des prérequis: imaginez vous marcher quelques kilomètres avec un petit sac à dos avec un peu de matériel dedans, votre arc et vos flèches, et bien quand vous arrivez sur votre cible, vous remercier Bowtech de faire des arcs aussi légers, Et quand vous arriverez sur votre cible, et que vous découvrirez votre point de tir encadré de branches basses bien entrelacés, vous serez heureux d'armer un arc court dont les cams ne sont pas venus se prendre dans les branches. Dans mon cas, pas de chasse, juste du parcours.
  La stabilité de la bête n'est pas négligeable non plus. Que ce soit la stabilité dans l'armement, dans la tenue de l'arc armé, on est vraiment bien. Si ce n'est pas un mur que je définirai comme plutôt étroit et donc instable. Un mur étroit ne pardonne rien, le moindre relachement se paie comptant. Pour un archer qui n'a pas de formation classique, ça peut être rapidement dérangeant, pour quelqu'un qui a tiré auparavant en classique, longbow ou recurve traditionnel, ça ne posera aucun problème. Un archer classqiue ou trad a l'habitude d'avoir ses deux bras qui travaillent quand son arc est armé, il conservera donc une poussé sur sa poignée en même temps qu'une traction sur sa corde, il n'aura donc presque aucune chance de "tomber du mur" (sauf si il se fait surprendre par le let-off de 80%). Le conseil du vieux tireur, passer d'abord ou en même temps par du tir avec du matériel traditionnel (un Damon Howatt Hunter pourquoi pas?), pour que votre corps se rappelle que le bras d'arc doit rester en poussée.

  Je dirai en quelques mots que c'est arc arrive pour un budget raisonnable (je ne dis pas bon marché) à vous offrir une expérience de tir digne d'arc plus haut de gamme. Une belle arme pour qui veut se frotter à du parcours ou à la chasse. Pour le parcours, dans mon expérience, c'est vraiment un arc fiable et stable, adapté au fait de parcourir quelques kilomètres sans arriver usé par le poids de l'équipement, suffisamment court pour passer partout même dans des ronciers et des forêts jeunes (celles avec plein de branches basses bien fournies). Un achat que je vous recommande si vous cherchez un tel arc, léger, nerveux et stable.